La synchronisation des carnets d’adresses avec Plaxo

Je commence un petit tour d’horizon des outils que j’utilise sur mon ordinateur et qui me rendent un vrai service. Ces outils sont pour la plupart gratuits ou disposent d’un mode gratuit amplement suffisant à l’usage.

Sans contestation possible bien que relativement discret, un de ces outils les plus précieux pour moi est l’outil de synchronisation des carnets d’adresses avec Plaxo. Disponible sous la forme de plug-in pour les outils de messagerie électronique les plus courants, Outlook, Thunderbird (il marche notamment à merveille sur Thunderbird sur EEE PC sous Linux), etc., Plaxo assure la synchronisation de tous ces carnets d’adresses. Depuis peu, Plaxo supporte aussi la synchronisation de Webmails tels que Gmail.

Finie la corvée de s’assurer d’avoir bien transféré les contacts d’un outil à l’autre. Plaxo assure la synchronisation discrètement et efficacement. Tous mes carnets d’adresses sont toujours à jour et contiennent les derniers contacts utilisés sur tel ou tel outil. Les évolutions récentes supportent de nombreux outils (notamment l’iPhone mais en mode payant).

Cerise sur le gâteau, Plaxo assure la mise à jour des données si certains de mes contacts utilisent aussi Plaxo (et ils sont de plus en plus nombreux…).

Sans doute pour suivre la mode ambiante, Plaxo a aussi récemment ajouté Plaxo Pulse, un service de type réseau social et agrégateur de contenu, mais son intérêt me semble pour le moment des plus limités, sans doute un problème de positionnement et de maturité.

Lien :

Un mois avec l’EEE PC d’Asus

Voilà près d’un mois que je dispose d’un nouvel ordinateur portable, le longuement attendu Asus EEE PC. Incontournable avec l’actuelle promotion de la part de SFR, tout le monde a remarqué sa taille résolument réduite avec son écran de 7 pouces. Quelques années après avoir utilisé le premier ultra portable de Sony, il faut reconnaître qu’on a à faire ici à une vraie réussite d’intégration et que l’absence de disque dur est vraiment appréciable.

Si les premiers moments sont bluffants, notamment en raison de la taille, il faut dire qu’à l’usage on a vraiment à faire à un vrai PC.

Dès la mise sous tension et un démarrage rapide, on est accueilli par une application Asus proposant une navigation très simple au sein des applications installées. Leur lancement ne pose donc aucun problème. Il existe aussi un gestionnaire de fichiers permettant de retrouver ses fichiers sans difficulté. A propos de fichiers, un emplacement SD permet l’échange très simple avec d’autres ordinateurs ou avec d’autres appareils, par exemple un APN. L’échange de fichiers avec d’autres ordinateurs du réseau est aussi très simple grâce à un serveur Samba installé par défaut et permettant un échange très simple avec le monde Windows.

Du côté des applications, l’essentiel est là, Firefox pour la navigation Internet, Thunderbird pour les méls et la suite OpenOffice pour les tâches de bureautique. Une application de visualisation de photos et un gestionnaire de musique complètent le tout. En pratique, si l’on peut bien évidemment installer de nouvelles applications, le jeu d’applications proposé par défaut est déjà tout à fait convaincant.

L’EEE PC est la preuve, s’il en fallait une, qu’on peut très bien utiliser Linux et les applications Open Source au quotidien sans contrainte particulière. Le début de la fin pour Microsoft ?

Côté utilisation, le clavier est sans doute trop petit pour taper vite et l’écran trop petit pour travailler sur plusieurs applications simultanément. La machine n’en reste pas moins convaincante et on peut lui adjoindre des périphériques USB, voire un écran de plus grande taille avec sa sortie VGA. Le WiFi intégré est aussi un pur bonheur.

En cherchant bien, on lui trouve bien évidemment des défauts mais ce sont plutôt des compromis faits sur l’autel de la taille et du prix. Moins geek qu’un iPhone, l’EEE PC n’en reste pas moins une machine performante pour qui veut bénéficier d’applications puissantes en situation de mobilité. Je l’ai adopté.