Supports musicaux, le meilleur l’ennemi de bien ?

Voilà quelques années que le monde de la musique change. Je ne veux pas parler des styles mais des modes de consommation.

D’une consommation monolithique de vinyles puis de CDs avec un bond en qualité évident et perceptible par tout le monde, nous sommes passés à une consommation déstructurée de supports physiques ou dématérialisés voire à une non-consommation avec les diverses possibilités de copie numérique. Or, les professionnels de l’industrie de la musique (musique et appareils de diffusion) ont lancé quelques tentatives pour refaire le coup du CD en proposant de nouveaux supports physiques, bien sur incompatibles. Les lancements laborieux du format SACD (Super Audio CD) puis du DVD Audio nous proposant des bonds théoriques en qualité n’ont manifestement pas touché le public. En effet, qui dispose d’une installation capable de mettre la nouvelle qualité en évidence et quelles sont les productions exploitant vraiment ces nouvelles qualités ? Or voici que la tentative est relancée avec le Blu-ray avec un succès pour le moment plutôt mitigé.

Cette guerre de formats a bien sur des implications commerciales mais répond-elle vraiment à une attente du public ? Et si poser la question était déjà y répondre… En pratique, on se rend compte que le meilleur est ici l’ennemi du bien s’il ne répond pas à une perception claire d’une valeur ajoutée.

Forte de ces enseignements, l’industrie du film semble vouloir tirer une nouvelle salve en lançant cette année le Blu-ray 3D, malheureusement une fois de plus non compatible avec les Blu-ray précédents. Le succès est à surveiller de près car la dépense est à nouveau non négligeable. Certains fabricants semblent aussi vouloir tenir un peu plus compte des desiderata des clients en supportant de nombreux formats (on saluera ici le geste de Sony qui prévoit d’introduire des lecteurs supportant les formats Blu-ray, DVD mais aussi SACD et CD, une compatibilité longtemps absente du catalogue Sony), mais n’est-il pas tout simplement trop tard ?

Cette course en avant répond-elle vraiment aux besoins d’un grand nombre de clients et saura t-elle maintenir une demande suffisamment forte ? Il semble difficile de lutter devant le confort et la simplicité des supports dématérialisés. Sans mentionner ici les effets de la crise, la messe serait-elle dite ?

Lire :

HD-DVD vs Blu-Ray

And the winner is… Blu-Ray!!!

It was just another battle between formats, remember the BetaMax vs VHS war.

Since Toshiba, the main driving force behind HD DVD, recently announced it would no longer develop, manufacture and market HD DVD players, we’re settled for Blu-Ray. OK! But is it really the end? Is Blu-Ray really the winner? And for how long?

This war, maintaining confusion in the customers’ mind and thus delaying possible mass adoption, has helped a third party actor, online video, to move-up. While online video is still not a strong actor, it will probably challenge DVD and Blu-Ray pretty earlier than planned.

Let’s have a look at what happened and happens on the music market and let’s try to learn from it.

The story is quite different but the outcome may be the same. While the audio industry was happy with the Audio CD, new formats have been introduced to fight against piracy. SACD on one hand, DVD-A on the other but no one really cared about what the consumer wanted, access to a lot of music at a reasonable price. Downloadable music answered the need, legally or not. We now have a situation where « hardware » music sales drop down every year. And the only lacking step for downloadable music to win the battle is the definition of a true standard for each change of player.

While music can be listened to several times, this is less true for movies. Therefore, downloadable video or online VOD will probably win the battle even faster, probably as soon as the proper broadband Internet access bandwidth allowing it will be widely available. An EC report forecasts that, by 2010, almost 90 percent of Europe’s home Internet users will use broadband, among which 33 percent will be connected using fibre optic networks. With download bandwiths up to 100 Mbits/s allowing for HD TV to be streamed in realtime, no doubt the fibre optic network customers will switch to downloadable or online video rapidly.

So I’m afraid the golden days of Blu-Ray won’t last long. Once again, everything is in the hands of the content providers. Will they try to protect their old fashioned business model as music majors did? Or will they manage to take customers’ expectations into account and come out with updated business models? It caused severe damages to the music industry not being able to do the right choice in the right time…