La journée de la transition

La crise écologique, économique, sociale et un mot systémique chaque jour plus profonde marque probablement l’avènement d’ordres nouveaux. Une évolution profonde de la société semble ainsi déjà être en marche. En effet, de toutes parts, nos façons de produire, d’échanger, d’habiter, de nous alimenter, de nous déplacer, d’élever nos enfants, de nous organiser sont réinventées. A l’instar de diverses associations, organisations ou démarches telles que Terre de Liens, La Nef ou l’autopartage, des centaines de milliers de personnes construisent des alternatives au modèle actuel sans toutefois être de doux rêveurs ou des utopistes acharnés. Un collectif pour une transition citoyenne est né.

La Transition telle que définie par les instigateurs du mouvement est un mouvement global pour inventer ensemble un monde économiquement viable, socialement responsable et écologiquement soutenable : une transition non-violente vers des sociétés du bien-vivre par l’éducation, la culture, les échanges fraternels et la recherche de l’intérêt général.

Continuer la lecture de « La journée de la transition »

Vers une banque (enfin) éthique ?

Déjà mentionnée dans un billet précédent intitulé Et si vous optiez pour des finances écologiques ?, La Nef est en passe de franchir un nouveau pas. En effet, si la prochaine assemblée générale en décide ainsi, La Nef pourrait devenir une vraie banque à part entière. Elle prendrait alors son autonomie de son partenaire historique, le Crédit Coopératif, simplifiant par là même de nombreuses démarches.

Une petite mise en perspective s’impose. Depuis la crise de 2008, les banques ont changé de ton et chantent à qui veut l’entendre les vertus de l’investissement responsable, social et local. Mais, à moins d’être particulièrement crédule, personne n’imagine qu’il y ait vraiment eu un véritable changement de nature de celles-ci. Il est donc grand temps de se tourner vers des banques construites différemment et, donc, ayant un objectif différent, plus radical. Une banque véritablement éthique.

Continuer la lecture de « Vers une banque (enfin) éthique ? »

Terre de Liens avance

Alors que nous entendons parler tous les jours des ravages causés par la financiarisation à outrance de notre économie, il est réjouissant de lire que l’économie solidaire marque des points.

Déjà évoqué sur ce blog, je reprends ici le paragraphe consacré à Terre de Liens dans le rapport annuel de La NEF.

La Foncière Terre de Liens est une société en commandite par actions dont la structure commanditée est la Sarl Terre de liens Gestion détenue à 45 % par la Nef, 45 % par l’Association Terre de liens et 10 % par Sjoerd Wartena, fondateur de Terre de liens.
L’objet de Terre de liens est l’acquisition de foncier agricole afin de le soustraire à la spéculation et le destiner de façon pérenne à une agriculture biologique. Terre de liens est ainsi une fabuleuse réponse à la problématique de l’accès à la terre.
Le succès de Terre de liens ne se dément pas : la Foncière a collecté en 2012, 5,4 millions d’euros portant son capital à près de 30 millions d’euros.
Depuis sa création en décembre 2006, la Foncière Terre de liens a procédé à 83 acquisitions foncières ainsi qu’à l’achat de 125 bâtiments agricoles, 34 maisons d’habitation et ce, dans presque toutes les régions françaises, à l’exception de l’Alsace, la Champagne-Ardenne et la Corse. Actuellement 19 fermes sont en cours d’acquisition. L’ensemble représente un total de 2340 hectares et concerne 167 agriculteurs et agricultrices.

Cette aventure nous concerne tous.

Et si vous optiez pour des finances écologiques ?

A l’approche du sommet de Copenhague sur le changement climatique et à l’heure où chacun se demande ce qu’il peut bien faire à son échelle, pourquoi ne pas opter pour des finances écologiques ?

L’association des deux mots peut paraître saugrenue mais elle ne l’est pas.

Pièces

Explications.

Nous déposons tous des sommes plus ou moins importantes auprès de nos banques. L’histoire récente a montré que les banques utilisaient ces sommes de diverses manières. En effet, pendant du principe des réserves obligatoires, une banque peut prêter une grande partie des sommes reçues en dépôt. Les banques choisiront en général les meilleurs rendements avec des investissements lourds dans l’industrie ou la finance. On ne reviendra pas sur les mécanismes ayant mené à la crise financière de 2008. Certaines banques ont cependant fait le choix d’investissements dans les domaines solidaires ou écologiques. Ainsi, en France, on saluera le positionnement de La Nef et du Crédit Coopératif. Le choix de votre banque a donc un incidence directe sur les investissements réalisés par celle-ci.

Lire le guide Environnement : comment choisir sa banque ? édité par Les amis de la terre.

Vous pensiez ne pas pouvoir faire grand chose à votre échelle, vous vous trompiez…

Terre de liens, pour une économie plus morale

Vous pensez qu’il est impossible de faire rimer Economie avec Ecologie ? Vous voulez pouvoir décider de l’affectation de vos fonds ?

Terre de liens propose de changer le rapport à la terre, à l’agriculture, à l’alimentation et à la nature, en faisant évoluer le rapport à la propriété foncière. Valorisant les dimensions collectives et solidaires pour l’accès à la terre et sa gestion, les membres de Terre de Liens agissent et soutiennent les modes de vie et les pratiques agricoles soutenables pour l’humanité et sa planète. Ainsi, Terre de liens finance des projets à vocation plus juste, d’un point de vue social ou d’un point de vue écologique en finançant notamment l’installation d’agriculteurs bio dont nous manquons tant.

Terre de liens s’appuie sur :

  • une société foncière, outil d’investissement solidaire destiné à collecter de l’épargne citoyenne et à acquérir des terres pour installer ou maintenir des porteurs de projets agri-ruraux respectant la charte de Terre de liens,
  • une association visant à recréer une responsabilité individuelle et collective pour la préservation du bien commun que représente la terre
  • et une fondation destinée à recueillir des dons de fermes et de terres afin de sortir ces biens du marché spéculatif et de permettre l’installation d’activités durables sur les territoires en les mettant à disposition de porteurs de projet allant dans le sens de la charte de Terre de liens.

La foncière dans le mouvement terre de liens

Enfin, Terre de Liens s’est adossée à un établissement financier, La Nef (Nouvelle Economie Fraternelle), société financière coopérative qui propose des outils bancaires solidaires à destination de projets éthiques (agriculture biologique, commerce équitable, énergies renouvelables, etc.).