Les photos numériques en péril

Voilà une petite dizaine d’années que la photo est définitivement entrée dans l’ère numérique et voici que le débat sur la conservation des clichés commence à prendre de l’ampleur.

Le problème est simple.

D’un côté, les photos argentiques. Elles sont conservées dans des albums photo ou des boîtes à chaussures. Elles risquent d’être perdues certes mais avec un peu d’organisation, pas de problème.

D’un autre côté, les photos numériques. Sans précaution particulière, ce sont des fichiers qui traînent sur la mémoire de l’appareil photo, sur une carte mémoire, sur un disque dur. A la facilité de les visualiser immédiatement vient se conjuguer la complexité de les transférer, de les classer, de les archiver. Sans précaution particulière, elles sont à la merci de la première défaillance. Il faut alors faire appel à des spécialistes de la restauration avec une promesse de résultat aléatoire.

Plusieurs solutions de conservation se présentent.

On peut revenir aux méthodes anciennes et les imprimer sur des supports physiques variés mais cette méthode n’est pas très moderne et reste coûteuse et encombrante.

Des solutions plus modernes existent. Elles s’appellent « sauvegarde ». Ce terme fait alors peur car évoquant la contrainte et la complexité. Et surtout quelle solution adopter ?
Graver des CDs ou des DVDs ? Contraignant et peu fiable dans la durée.
Ajouter des disques additionnels ? Coûteux.
La solution la plus efficace semble résider dans une sauvegarde permanente à distance, c’est à dire en ligne.

C’est ici que KoffeePhoto Premium intervient. Un logiciel gérant toutes les tâches de gestion et de partage de photos au quotidien adossé à une solution de sauvegarde de photos en ligne fonctionnant en tâche de fond. La simplicité et l’assurance, une solution moderne sans avoir à être complexe. Bienvenue au XXIe siècle…

L’essayer c’est l’adopter…

Liens :

La fin des journaux

A l’heure où notamment les blogs se développent, voici une contribution intéressante sur l’avenir de la presse écrite (papier ou électronique) et son modèle économique reposant pour une grande part sur la publicité. L’information, la vraie, deviendrait-elle un luxe ? Il est clair que l’information généralement disponible ressemble de plus en plus à un façonnage d’opinion où l’impertinence et l’irrévérence n’ont plus leur place. L’idéal d’une information rigoureuse et indépendante devient chaque jour malheureusement plus utopique…

Lien :