Gartner prédit la fin du CD en 2009

Dans une communication du mois de décembre, le cabinet Gartner conseille aux maisons de disques de sortir du marché du CD. En effet, poursuivre dans cette direction les empêcherait de se concentrer sur les nouveaux modes de consommation de la musique, à savoir, la musique numérisée.

En effet, à persister à concentrer leurs coûteux efforts sur les marchés traditionnels, l’industrie du disque n’a réussi ni à endiguer le piratage ni à recréer de nouveaux modèles économiques. De plus, en raison des investissements requis, l’industrie est devenue frileuse à lancer de nouveaux artistes. Le mouvement est pourtant engagé, le support physique représentait 77 % du chiffre d’affaires des majors en 2007 contre 95 % en 2005 et les points de vente réduisent la surface consacrée au CD. Mais la distribution numérisée de la musique offre un champ des possibles immense, que ce soit en méthodes de financement, en méthodes marketing qu’en méthodes de distribution. Je ne saurais que conseiller de se référer au livre The Future of Music pourtant paru en 2005.

Doit-on y voir une traduction de cette vision du marché de la musique ? Après les initiatives de la SNCF et Air France/KLM qui ont lancé leurs réseaux sociaux à l’hiver dernier, voici que Warner se lance dans l’aventure (Lire Warner Music adding social networking to websites (en)). Les réseaux sociaux deviendraient-ils la solution à tous les maux ?  Warner Music s’appuie sur la plateforme logicielle Eos proposée par Cisco pour lancer ce nouveau service.

L’“hype cycle” Gartner des technologies 2008

Gartner publie son “hype cycle” des technologies 2008.

L’“hype cycle” de Gartner se veut être une représentation des espoirs et désillusions en matière de technologies nouvelles. Il fournit aussi des indications en termes d’acceptation de la part du grand public.

Chacun y trouve son bonheur. Pour la mouture 2008, en vrac, on notera notamment que les Mondes Virtuels sont dans une mauvaise passe de désillusion (qui parle encore de Second Life ?) alors que le microblogging à la façon de twitter a la cote (il y a encore de l’évangélisation à faire dans ce domaine).