DMB, la radio numérique à la française, une vraie fausse bonne idée ?

La récente décision française d’adopter le DMB (Digital Multimédia Broadcasting) pour diffuser à l’avenir la radio sous forme numérique semble vouloir réitérer le succès incontestable de la TNT. Mais est-ce vraiment une bonne idée ?

Se poser la question est sans doute y répondre mais allons dans les détails.

Le mouvement vers la radio numérique est plutôt une bonne nouvelle. En effet, à la clé, on a une meilleure qualité, une plus grande diversité de programmes et des données associées plus riches. Mais on peut regretter aussi la simple transposition sur un autre support sans réelle rupture alors que la numérisation permettrait une évolution beaucoup plus significative.

En effet, les téléphones portables évolués permettent déjà un accès à une connexion Internet mobile à des débits toujours plus élevés. Certes, cette connexion est pour le moment encore chère mais pour combien de temps ? On voit déjà des offres data illimitées sur les mobiles. Les services seront alors nombreux et l’écoute d’un flux ou d’un fichier téléchargé (podcast) ne sera qu’une question de logiciel embarqué sur le terminal. Vision futuriste ? Sans doute. Mais l’expérience montre que les industries qui n’ont pas réussi leur virage numérique l’ont payé cher. On peut opposer ici l’industrie du disque qui n’a pas su renouveler son modèle et a essayer de résister à l’industrie de la photo qui a su accompagner la révolution numérique à la satisfaction de tous.

Si l’avantage de la diffusion en DMB est de libérer des fréquences, est-ce encore d’actualité avec l’omniprésence de l’accès à Internet et donc de l’accès aux radios streamées sur IP ? Quel intérêt de promouvoir un nouveau support numérique alors que l’omniprésence d’accès Internet sans fil se profile à l’horizon. 3G/4G, Wimax, WiFi, les supports Internet sans fil à haut débit vont en effet se multiplier.

Il serait en effet désolant que le DMB réitère l’expérience du DAB…

Il y a fort à parier que la question n’est pas que technique. En attendant qu’elle soit tranchée et qu’une solution soit massivement adoptée, la FM n’est pas encore enterrée…

Liens :