Apple vaut maintenant plus que Microsoft

Deux jours après le billet Sale temps pour Microsoft, voici que la capitalisation boursière d’Apple dépasse celle de Microsoft…

(source Business Insider)

Si dans les détails financiers la nouvelle est légèrement prématurée et qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, certains signes n’en sont pas pour le moins forts…

Sale temps pour Microsoft

Que de nouvelles dans le pré-carré de Microsoft ces derniers temps. On ne sait même comment plus les hiérarchiser. Rappelons en donc quelques unes en vrac.

  • L’iPhone puis l’iPad chamboulent complètement le marché des smartphones.
  • HP rachète Palm et s’intéresse fortement à WebOS pour ses futurs appareils nomades.
  • Google annonce le Chrome Web Store dédié aux applications web destiné à Google Chrome mais aussi au nouvel OS Chrome OS.
  • Android de Google dépasse Windows Mobile sur les smartphones.
  • Office rencontre un terrain de plus en plus encombré avec les solutions Open Source ou web.
  • HTML5 fait de plus en plus de bruit et pourrait sonner le glas des formats propriétaires.
  • etc.

Microsoft se voit donc attaqué sur sa position monopolistique sur le marché des systèmes d’exploitation comme sur sa vache à lait que constitue la suite bureautique Office.

J’avais beaucoup apprécié le pari de Palm avec le Palm Pré qui est ni plus ni moins qu’un navigateur Internet hardware. L’arrivée des diverses plateformes réservera encore des surprises avec des produits qui seront, en pratique, des navigateurs accédant à Internet avec une autre ergonomie mais surtout sans passer par le sempiternel ordinateur de bureau ou portable..

Microsoft aurait-il raté le virage de la mobilité comme il avait raté le virage d’Internet avant de déclarer les hostilités en imposant Internet Explorer ?

Chrome OS, une vraie vision ?

Il y a un peu plus d’un an, après mes premiers essais avec Google Chrome, j’évoquais déjà la notion d’un système d’exploitation basé sur Chrome pour exécuter les diverses applications en ligne du même éditeur. Un an après, voici que l’annonce est devenue officielle, Google a annoncé son système d’exploitation dont le cœur est constitué d’un cœur Linux optimisé capable de faire tourner Google Chrome et toutes les applications web sur de nombreuses machines avec une puissance de traitement limitée. Rien de vraiment surprenant donc ici…

Google Chrome

Depuis cette annonce, on assiste à de longs débats à savoir si Google va détrôner Microsoft sur le marché, ô combien lucratif, du marché du PC.

Sans entrer dans de sempiternels débats techniques, je pense que ceux qui alimentent ce genre d’arguments se trompent.

Avant de trancher ce débat, je pense qu’il faut ici faire un parallèle entre les marchés du PC et celui des téléphones portables.

En effet, on constate que l’envol du marché du téléphone portable est notamment poussé par les pays en voie de développement qui ne passent pas par la trop coûteuse case de l’infrastructure téléphonique câblée pour passer directement à celle du téléphone cellulaire. Très logiquement, ces pays vont sans doute passer directement à l’accès mobile à Internet (qui oserait croire à une campagne d’équipement en haut débit quand on voit la difficulté à en équiper les Etats-Unis ?).

Et si le pari de Google était celui-ci ? C’est à dire de parier que le vrai prochain développement d’Internet se trouverait dans les pays en voie de développement qui ne passeraient pas massivement pas la case PC mais directement à la case du terminal mobile connecté à Internet, et ce, pour de multiples raisons. On peut en effet trouver ici de multiples raisons telles que de ne pas entrer dans le jeu de Microsoft qui consiste à alimenter la course au besoin de puissance de traitement ou « le chacun son PC » en pratique, pour de simples raisons financières. Le projet OLPC est aussi passé par là, montrant que les ordinateurs survitaminés n’étaient qu’une histoire de marketing.

Il y a certes de nombreux autres débats à voir Google contrôler un système d’exploitation en ligne mais la question économique n’est pas innocente pour quelques milliards d’utilisateurs futurs…

Un vrai faux Vista ?

Vous êtes désappointé car votre PC pourtant bichonné avec soin n’est pas à la hauteur des prétentions affichées par Vista ?

La solution à la mode, le relookage !!!

A moindres frais, Vista Transformation Pack vous permet de continuer à utiliser votre PC sous Windows XP tout en présentant une interface ressemblante à celle de Vista.

Tout y passe, l’interface de démarrage, le menu de bienvenue, les icônes, les fenêtres avec la transparence, le menu Démarrer, ainsi que les widgets, de nouveaux fonds d’écran, de nouveaux sons, etc, etc.

Avec l’économie réalisée, faites vous plaisir…

Rechercher Vista Transformation Pack sur Google.