Vers une banque (enfin) éthique ?

Déjà mentionnée dans un billet précédent intitulé Et si vous optiez pour des finances écologiques ?, La Nef est en passe de franchir un nouveau pas. En effet, si la prochaine assemblée générale en décide ainsi, La Nef pourrait devenir une vraie banque à part entière. Elle prendrait alors son autonomie de son partenaire historique, le Crédit Coopératif, simplifiant par là même de nombreuses démarches.

Une petite mise en perspective s’impose. Depuis la crise de 2008, les banques ont changé de ton et chantent à qui veut l’entendre les vertus de l’investissement responsable, social et local. Mais, à moins d’être particulièrement crédule, personne n’imagine qu’il y ait vraiment eu un véritable changement de nature de celles-ci. Il est donc grand temps de se tourner vers des banques construites différemment et, donc, ayant un objectif différent, plus radical. Une banque véritablement éthique.

Continuer la lecture de « Vers une banque (enfin) éthique ? »

Et si l’avenir automobile passait vraiment par la voiture autonome

On nous parle de plus en plus souvent des expériences de voiture autonome. Ce type de projet ressemble pour le moment à un sommet de la geekitude.

On doit pourtant se poser la question. Et si l’avenir automobile passait vraiment par la voiture autonome ?

Les journalistes automobiles ricanent en évoquant la perte du « plaisir de conduire » mais ne se trompent-ils pas tout simplement de modèle ? La voiture autonome a t-elle vraiment vocation à remplacer la voiture particulière. Poser la question est déjà y répondre.

Continuer la lecture de « Et si l’avenir automobile passait vraiment par la voiture autonome »

Ma première expérience en coworking

Travaillant à partir de chez moi, j’ai profité de l’occasion d’importants travaux chez mes voisins pour tester le coworking.

cowork in Grenoble

Pour ceux qui se posent encore la question, le coworking (ou collaboratoire) est un type d’organisation du travail qui regroupe deux notions : un espace de travail partagé, mais aussi un réseau de travailleurs encourageant l’échange et l’ouverture (définition Wikipedia).

Deux espaces de coworking existant à Grenoble, j’ai choisi de tester l’espace Cowork in Grenoble car proche de Web in Alps et de mes préoccupations web.

Est-ce le temps magnifique (il faisait près de 25°C sur Grenoble), toujours est-il que l’endroit était assez peu fréquenté aujourd’hui. « Nous avons ouvert il y a un mois et demie et totalisons environ 35 coworkers. » me dit Mathieu. Si les finitions sont encore en cours, l’espace est vaste et il est agréable d’y travailler. Du fait de la faible affluence du jour, je n’ai pas pu tester l’aspect échanges avec les autres coworkers, je reste un peu sur ma faim et ai donc un prétexte pour revenir.

Et du coup, je me retrouve sur le trombinoscope de Cowork in Grenoble. Un article plus complet est posté sur le site de Web In Alps.

Le futur de la radio vu par Pierre Bellanger

Six ans après une première réflexion sous la forme d’une livre électronique « La convergence c’est le code« , Pierre Bellanger, le fondateur de la radio skyrock, revient avec une réflexion sur le futur de la radio sous la forme d’un livre électronique : « La radio IP : une vision de la radio à l’âge de l’Internet« .

Pierre Bellanger pose ici la question du futur de la radio au vu des bouleversements qu’apportent les nouvelles technologies numériques. Il n’est qu’à voir l’hécatombe d’autres industries n’ayant pas su ou voulu se poser les questions de ces bouleversements et de leurs conséquences. N’a t-on pas vu l’industrie du disque faire une résistance qui, pour certains, paraissait vaine et dépassée alors que de nouveaux challenges s’offraient à elle.

Continuer la lecture de « Le futur de la radio vu par Pierre Bellanger »

Apple vaut maintenant plus que Microsoft

Deux jours après le billet Sale temps pour Microsoft, voici que la capitalisation boursière d’Apple dépasse celle de Microsoft…

(source Business Insider)

Si dans les détails financiers la nouvelle est légèrement prématurée et qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, certains signes n’en sont pas pour le moins forts…

Sale temps pour Microsoft

Que de nouvelles dans le pré-carré de Microsoft ces derniers temps. On ne sait même comment plus les hiérarchiser. Rappelons en donc quelques unes en vrac.

  • L’iPhone puis l’iPad chamboulent complètement le marché des smartphones.
  • HP rachète Palm et s’intéresse fortement à WebOS pour ses futurs appareils nomades.
  • Google annonce le Chrome Web Store dédié aux applications web destiné à Google Chrome mais aussi au nouvel OS Chrome OS.
  • Android de Google dépasse Windows Mobile sur les smartphones.
  • Office rencontre un terrain de plus en plus encombré avec les solutions Open Source ou web.
  • HTML5 fait de plus en plus de bruit et pourrait sonner le glas des formats propriétaires.
  • etc.

Microsoft se voit donc attaqué sur sa position monopolistique sur le marché des systèmes d’exploitation comme sur sa vache à lait que constitue la suite bureautique Office.

J’avais beaucoup apprécié le pari de Palm avec le Palm Pré qui est ni plus ni moins qu’un navigateur Internet hardware. L’arrivée des diverses plateformes réservera encore des surprises avec des produits qui seront, en pratique, des navigateurs accédant à Internet avec une autre ergonomie mais surtout sans passer par le sempiternel ordinateur de bureau ou portable..

Microsoft aurait-il raté le virage de la mobilité comme il avait raté le virage d’Internet avant de déclarer les hostilités en imposant Internet Explorer ?

Start-up égal jeu de massacre ?

Qui a dit que l’univers des start-up était un jeu de massacre ?

Voici une mosaïque de sociétés Web2.0 avec ses succès et ses échecs en 2008.

Web 2.0 logo chart - updated for 2009 (dead companies)

En attendant la version 2009, une version avec des espaces blancs est aussi disponible pour les futurs candidats : http://www.flickr.com/photos/meg/3537830117/.

Article original : Game Web 2.Over??

Les Bus Cyclistes

Le transport à vélo reprend doucement une place qu’il est dommage qu’il ait perdu et certaines initiatives, si elles peuvent paraître loufoques, n’en sont pas moins d’une grande cohérence.

Ainsi, les Bus Cyclistes.

L’idée ici est simple. Elle consiste à créer des « lignes de bus cyclistes ». A la manière des bus pédestres, ces lignes de bus consistent à créer des groupes de personnes cherchant à faire tout ou partie d’un même trajet à vélo plus ou moins au même moment, en général pour se rendre sur leur lieu de travail. Si ce trajet peut évidemment être effectué en solo, l’intérêt de ce genre d’initiative est cependant fort et multiple. En effet, il crée une dynamique de groupe propice à inscrire cette démarche dans la durée mais, et surtout, le groupe ainsi constitué est appréhendé comme un véritable véhicule lorsqu’il est amené à se déplacer sur la chaussée routière. Cette différence de perception constitue, en pratique, un gage de sécurité indéniable pour les cyclistes propre à faire tomber des barrières et à susciter des motivations.

A l’heure où une voiture retirée de la circulation pour un trajet domicile-travail équivaut à plus ou moins une tonne de CO2 rejeté de gagné par an, toutes les initiatives qui permettent de renforcer les modes de transports alternatifs et propres doivent être saluées.

Visiter :

Widgetbooster, une régie publicitaire alternative

Vous vous demandez sûrement quelle est cette petite publicité en haut à droite de la page.

A l’initiative de Widgetbooster, il s’agit d’un widget affichant les bannières publicitaires d’autres blogs sur une thématique identique. L’affichage des bannières se fait sur une base de réciprocité. Après inscription et installation du widget, un site bénéficie d’autant d’affichages qu’il en a lui même diffusé. Un mélange subtil de réseau social et de régie publicitaire et une façon élégante de faire connaître son site sans avoir à engager les dépenses liées à une campagne de publicités.

Widgetbooster se décline en plusieurs groupes. Les premières déclinaisons furent :

  • Gamesbooster pour les sites dédiés aux jeux,
  • Geekbooster pour les sites geeks,
  • Girlsbooster pour les sites de filles

D’autres déclinaisons (arts, sports, comics, marketing, photo, cook, book, etc.) sont apparues.

Un échange de bons procédés qui se veut gagnant-gagnant.

L’installation sur ce blog est encore trop récente pour en tirer des enseignements, un retour d’expérience à partager ?

La taxe carbone, enfin !

Electoraliste ou non, quelques mois après le raz de marée écologiste aux élections européennes en France, voici que le gouvernement français annonce l’arrivée de la taxe carbone pour début 2010.

Le Mont BlancAlors que cette annonce, si perfectible soit elle, devrait en toute logique emporter une adhésion forte de l’opinion publique, voici que les sondages annoncent que plus de 60 % des français sont contre cette mesure.

Le niveau de vie des français serait-il aussi soudainement devenu non négociable à la façon d’une phrase restée célèbre dans la bouche de Georges W. Bush ?

Cette mesure et ces réactions sont symptomatiques d’une ambiance générale où d’un côté, non sans raison, on se préoccupe de son pouvoir d’achat, encore faudrait-il savoir pour en faire quoi mais c’est un autre débat, et, de l’autre côté, on refuse presque machinalement d’entendre parler d’une nouvelle taxe alors que l’on est déjà protégé grâce au bouclier fiscal et qu’on a pas de problème, ni de scrupule à acquérir le dernier SUV des plus gourmands en énergie.

De quoi parle t-on ? On parle pour le moment d’une taxe de 14 € par tonne de CO2, soit 3 centimes par litre de carburant pour les particuliers.

On peut comprendre qu’on devienne chatouilleux quand on touche à notre portefeuille. Mais l’obsession maladive de certains de ne pas vouloir entre parler de taxe (La taxe carbone a rapidement été renommée contribution énergie climat) est déplacée et obscène quand ceux-ci gaspillent sans compter sous prétexte qu’ils peuvent se le permettre. N’ai-je pas entendu dire que cela faisait pauvre que d’éteindre les lumières ?

Si tout le monde semble avoir compris l’urgence d’une évolution vers davantage d’écologie dans notre quotidien, il ne semble pas encore admis que celle-ci ne se fera qu’au prix d’une évolution de nos comportements et, principalement, d’une évolution de nos modes de consommation. Envisagée intelligemment, cette évolution peut ne pas être synonyme de régression. Un exemple. Pour ma part, je n’ai plus de véhicule personnel depuis près de trois ans (Lire Déjà 400 jours sans voiture) et recours à une association de partage de voitures. Certes, pour chaque kilomètre parcouru, j’émets autant de CO2 qu’un autre automobiliste mais, en réduisant le nombre de véhicules en circulation, cette démarche permet de réduire les bouchons et donc les émissions inutiles. De plus, on évite la pollution liée à la fabrication de ces véhicules. Un pas dans la bonne direction et qui ne me laisse pas frustré. Ceci n’est bien sur qu’un exemple de renoncement que nous nous devons d’envisager.

Allez, à chacun son introspection et nous y arriverons tous ensemble. Tous les choix que nous ne faisons pas maintenant seront encore plus douloureux à l’avenir.

La taxe carbone peut nous aider à accomplir le premier pas et intégrer dans notre quotidien les contraintes imposées par ce nécessaire changement de nos comportements. Celle-ci reste largement perfectible et parions qu’elle sera améliorée avec le temps.

Malheureusement, il restera ensuite à convaincre la grande industrie…

Lire l’excellent livre d’Hervé Kempf “Pour sauver la planète, sortez du capitalisme”.