La Planète Bleue volume 8

C’est devenu un rituel. Deux ans après La Planète Bleue volume 7, voici qu’un huitième opus vient enrichir la collection La Planète Bleue dirigée par Yves Blanc (producteur de l’émission éponyme).

Avec la même constance, on remarque tout de suite la sélection soignée tant dans la playlist que dans la création graphique, les dessins de cet opus sont tous signés Caza, et la réalisation générale. Continuer la lecture de « La Planète Bleue volume 8 »

Tronches de vin – le guide des vins qu’ont d’la gueule

Tronches de vin - Le guide des vins qui ont d la gueule

Quand un collectif de bloggeurs se lance dans la rédaction d’un guide ; l’angle se devait d’être différent. Quand, en plus, ce collectif défend l’approche naturelle du vin, les vignerons rencontrés sont nécessairement atypiques. Lorsqu’en plus ce collectif rencontre l’éditeur Jean-Paul Rocher, cela donne Tronches de vin – Le guide des vins qu’ont de la gueule, finalement co-édité par les éditions de l’épure et Marie Rocher.

Olif nous résume le projet ainsi : « Tronches de vin, c’est un peu le passage du rêve internautique à la réalité papier, la concrétisation palpable de longues années d’écriture sur le web. Un défi et un sacré challenge pour nous, aussi, que nous sommes fiers et heureux d’avoir pu mener à bien après un certain nombre de vicissitudes. Tronches de vin est un véritable ouvrage collectif, où tous les co-auteurs se situent sur le même pied d’égalité.« .

Dans la veine du Guide de l’Alter-vin des compères Laurent Baraou et Monsieur Septime paru l’année dernière, ici, ce sont 117 portraits de vignerons français mais aussi chilien, espagnols, italiens, libanais ou suisses. Une invitation à aller au delà de la bouteille et de rencontrer ces personnages.

Aux dernières nouvelles, un second tirage est déjà lancé.

L’ouvrage est disponible dans toues les bonnes librairies ainsi qu’en ligne sur le site des éditions de l’épure, sur Amazon.fr et Fnac.com.

La Planète Bleue volume 7

La Planète Bleue volume 7Ceux qui me connaissent savent que je suis un grand écouteur de La Planète Bleue depuis bien plus de dix ans… non, quinze ans ! L’émission conjugue un paysage musical audacieux à des micros écolo-futuristes sans faux semblant. Pour les plus accros, Yves Blanc publie régulièrement un opus de sa collection de disques, une subtile sélection de la substantifique moelle de son émission. Avec près de 750 émissions au compteur, chapeau bas, le choix est cornélien.

L’automne 2012 nous apporte le numéro 7. Continuer la lecture de « La Planète Bleue volume 7 »

Le guide de l’alter-vin

Lire Le guide de l’alter-vin n’est pas juste lire un guide des vins. Laurent Baraou et Monsieur Septime militent activement pour une approche du vin différente, plus saine pourrait-on dire. Nouvel opus des deux compères, Le guide de l’alter-vin vient de paraître et nous propose bien plus qu’une sélection de vignerons hors du commun en nous aidant à retrouver du sens à la dégustation du vin.

« La France a connu son Salon des Refusés sous Napoléon III. Hors de l’art bourgeois, de nombreux peintres porteurs d’un souffle nouveau étaient en train de heurter, bousculer, révolutionner le monde de la vieille croûte. Refusées par l’Académie lors des sélections pour le Salon de la peinture et de la sculpture, des œuvres majeures seront malgré tout présentées. On y découvrit Le Déjeuner sur l’herbe de Manet, des études de Pissarro, Féerie signé Fantin-Latour ou encore Cézanne. Toutes les époques, tous les arts connaissent leurs verrous et leur point de rupture, leur avant-garde et leurs querelles d’arrière-garde. Le vin comme la peinture fait partie des passions françaises. Le vin connaît ses dissidents, ses résistances au conformisme et à la sclérose. Car dans la mondialisation du vin, un danger majeur, qui en administre mille autres, menace une culture millénaire de la diversité : la standardisation des goûts. » Continuer la lecture de « Le guide de l’alter-vin »

Le vin naturel se fait une toile

Après la récente projection d’A la lie ou à la mort en ouverture du salon A la rencontre des vins naturels de Grenoble, il semble que le sujet des vins naturels rencontre son public. Sébastien Juy parcourt les différents aspects de la démarche sous-jacente à la production du vin naturel au travers de la rencontre de Patrick Desplats, pionnier du vin naturel.

Voici qu’un autre film, La clef des terroirs de Guillaume Bodin, trouve le chemin du DVD (sortie le 2 mai) après une carrière en salle.

Continuer la lecture de « Le vin naturel se fait une toile »

Connaissez-vous le CNRTL ?

Vous connaissez tous WikiPedia, mais connaissez-vous le CNRTL ? Créé en 2005 par le CNRS, le CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) fédère au sein d’un portail unique, un ensemble de ressources linguistiques informatisées et d’outils de traitement de la langue.
Le CNRTL intègre le recensement, la documentation (métadonnées), la normalisation, l’archivage, l’enrichissement et la diffusion des ressources.
La pérennité du service et des données est garantie par l’adossement à l’UMR ATILF (CNRS – Nancy Université), le soutien du CNRS ainsi que l’intégration dans le projet d’infrastructure européenne CLARIN.

Continuer la lecture de « Connaissez-vous le CNRTL ? »

Un DJ à la maison

Pour paraphraser le slogan d’un ancien grand magasin parisien aujourd’hui disparu (La Samaritaine pour ne pas la nommer), « On trouve tout sur Internet ».

Voici qu’un service de DJ en ligne vous permet de commander une playlist sur mesure, en pratique, suivant la thématique que vous avez défini. Les playlists sont créés par des DJs et diffusées en streaming permettant le fondu-enchaîné. Vous pouvez alors lancer la lecture de la playlist pendant 36 heures à partir de la première écoute.

Finies les sempiternelles playlists sur iTunes ou autres automates de diffusion sur lesquels vous connaissez déjà tous les morceaux qui sont diffusés un peu au bonheur la chance. La seule contrainte est bien sur de pouvoir disposer d’un accès Internet avec un débit suffisant sur le point de diffusion. Il faut y penser si vous louez une salle par exemple. Si, en plus, vous disposez d’une carte son convenable, le son n’en sera que plus agréable si vous utilisez une sono un peu puissante.

Très simple d’emploi, le service est payant mais reste très raisonnable par rapport à un DJ classique et vous assure d’être en règle, notamment, avec la SACEM.

Le service est disponible sur le site d’Or-DJ. Bon vent à Or-DJ.

Fin de la chronique d’Albert Jacquard sur France Culture

Nouvel avatar de la refonte de la grille des prochaines des chaînes de Radio France, quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre (miracle du podcast) l’arrêt des chroniques Le regard d’Albert Jacquard sur France Culture.
Le motif officiellement affiché ? Sa voix serait inaudible. Mais entend-on une chronique d’Albert Jacquard ou l’écoute t-on ?

Pour ceux qui ne l’auraient pas connue, en voici une, pendant laquelle il annonce, justement, la notification de non reconduction de sa chronique quotidienne.

Moins médiatisée que l’évolution de la grille des programmes de France Inter, il semblerait que la grille des programmes de France Culture subisse aussi des changements en profondeur.

Merci pour ces chroniques qui nous ont permis de nous sentir un peu moins bêtes…

J’ai mal à ma France Inter

J’ai mal à ma France Inter.

« France Inter c’est ma radio. » Associant quelques émissions phares de la station telle que Radioscopie de Jacques Chancel ou les tribunaux du flagrant délire de Claude Villers à certains moments de sa vie, la dernière chronique de François Morel dont j’emprunte ici ces quelques mots ne saurait mieux refléter mon état d’esprit, de l’état d’esprit de nombreuses personnes.

J’ai mal à ma France Inter. Les décisions récentes de la direction de la chaîne, tant par leur forme que par leur fond, touchent au plus profond du lien établi entre France Inter et ses auditeurs.

En effet, France Inter n’est pas une radio comme les autres. Elle a su créer des liens forts et durables avec ses auditeurs. Ainsi, le départ de Kriss fin 2009 fut très émouvant. La qualité de ces liens est notamment due au fait que France Inter s’adresse à l’intelligence de ses auditeurs.

France Inter est ainsi tellement synonyme de la France, impertinente et irrévérencieuse.

Plus, avec France Inter, la démocratie française s’est toujours grandie. Montrant que la tolérance est dans l’acceptation des contradicteurs, aussi zélés soient-ils. Et, si irrévérence il y a, ne répond-elle pas à un pouvoir devenu caricaturalement sourd et indifférent à la vie de la nation, ne protégeant que les intérêts d’une « élite », d’un modèle.

Or, voici qu’avec l’annonce de la grille de rentrée, chroniques et émissions sont supprimées, parmi lesquelles les chroniques emblématiques de Stéphane Guillon et de Didier Porte, et il est difficile de n’y voir qu’une simple cohérence d’antenne, qu’une simple redéfinition d’une grille des programmes.

Au revoir aussi à l’émission Et pourtant elle tourne de Jean-Marc Four. Il semblerait que Daniel Mermet ai sauvé son émission…

Si ce n’est pas la première fois que l’antenne de France Inter est reprise en mains, celle-ci est pour le moins vigoureuse. Et on ne peut pas s’empêcher d’y voir, à deux ans des prochaines élections présidentielles, une mise en cohérence de l’appareil de communication généralisée du gouvernement. L’occasion de relire le supplément de Marianne, le vrai Sarkozy. Chassez le naturel…

La Planète Bleue volume 6

Après un mois de janvier bien blanc, voici que le printemps s’annonce bleu.

En effet, à peine sorti de la lecture de Les Guetteurs du passé, voici qu’arrive le volume 6 de la collection La Planète Bleue avec un inédit de Jon Hopkins et un magistral final signé Jon Hassell. A vous de découvrir le reste de ce volume. Toujours dirigée par Yves Blanc, ce magnifique nouvel opus de la collection nous arrive avec une somptueuse parure signée Enki Bilal, excusez du peu !

La Planète Bleue volume 6

En ces temps où il devient presque anachronique d’acheter un CD, chaque volume de La Planète Bleue fait exception, d’autant plus qu’ils ne sont pas disponibles sur l’offre légale de téléchargement. Le support CD se justifie pleinement ici par la qualité de certaines productions qu’il est plaisant de pouvoir écouter dans toute leur plénitude sans le filtre imposé par une éventuelle compression mp3, sans oublier le riche livret magnifiquement illustré.

Côté pratique, contrairement à La Planète Bleue volume 5, celui-ci est correctement distribué sur les plateformes de commerce en ligne telles qu’Amazon ou Fnac.com.

Une belle récompense pour vos oreilles…