Vers une prochaine banalisation des drones

Nous entendons parler de drones pratiquement chaque jour. Les drones militaires sont au cœur des conflits contemporains : leur impact militaire est si fort que leurs règles d’engagement sont maintenant publiquement questionnées.

Les drones militaires représentent un marché en pleine expansion, mais celui des drones civils, encore balbutiant, pourrait exploser. Actuellement, aux Etats-Unis, les drones sont autorisés à voler au compte-goutte, pour des missions de services publics (pompiers, douanes, …) ou des loisirs, et les plus petits d’entre eux doivent rester visibles à l’œil nu. Mais le Congrès américain a récemment imposé que l’espace aérien américain soit ouvert d’ici à octobre 2015 à ces objets volants sans pilote. Ainsi, avec la miniaturisation et la banalisation des technologies, nous voyons même des applications civiles telles que celles développées par la société iséroise Delta Drone. Un exemple anecdotique mais révélateur de cette extrême banalisation est l’assistance à l’entrainement des rugbymen de Grenoble fournie par une vue aérienne du terrain de jeu. ERDF compte aussi en utiliser notamment en Rhône-Alpes pour surveiller les lignes électriques d’EDF. Les plateformes open source telles qu’Arduino ne sont d’ailleurs pas en reste pour fournir un matériel abordable pour de telles applications.

L’arrivée de l’informatique a posé de nombreuses questions et provoqué, en France, la création de la commission informatique et libertés, l’arrivée de toutes sortes de drones civils ne va pas manquer de poser de nouvelles questions. Mais avec notre fréquentation quotidienne des diverses caméras de vidéo-surveillance, nous poserons nous encore des questions sur l’impact de ces drones sur nos vies ? Dans l’Hexagone, l’utilisation des drones est désormais encadrée par l’arrêté du 11 avril 2012 relatif à la conception et à l’utilisation des aéronefs civils qui circulent sans aucune personne à bord, aux conditions de leur emploi et sur les capacités requises des personnes qui les utilisent.

Une réflexion sur « Vers une prochaine banalisation des drones »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.