Les photos numériques en péril

Voilà une petite dizaine d’années que la photo est définitivement entrée dans l’ère numérique et voici que le débat sur la conservation des clichés commence à prendre de l’ampleur.

Le problème est simple.

D’un côté, les photos argentiques. Elles sont conservées dans des albums photo ou des boîtes à chaussures. Elles risquent d’être perdues certes mais avec un peu d’organisation, pas de problème.

D’un autre côté, les photos numériques. Sans précaution particulière, ce sont des fichiers qui traînent sur la mémoire de l’appareil photo, sur une carte mémoire, sur un disque dur. A la facilité de les visualiser immédiatement vient se conjuguer la complexité de les transférer, de les classer, de les archiver. Sans précaution particulière, elles sont à la merci de la première défaillance. Il faut alors faire appel à des spécialistes de la restauration avec une promesse de résultat aléatoire.

Plusieurs solutions de conservation se présentent.

On peut revenir aux méthodes anciennes et les imprimer sur des supports physiques variés mais cette méthode n’est pas très moderne et reste coûteuse et encombrante.

Des solutions plus modernes existent. Elles s’appellent « sauvegarde ». Ce terme fait alors peur car évoquant la contrainte et la complexité. Et surtout quelle solution adopter ?
Graver des CDs ou des DVDs ? Contraignant et peu fiable dans la durée.
Ajouter des disques additionnels ? Coûteux.
La solution la plus efficace semble résider dans une sauvegarde permanente à distance, c’est à dire en ligne.

C’est ici que KoffeePhoto Premium intervient. Un logiciel gérant toutes les tâches de gestion et de partage de photos au quotidien adossé à une solution de sauvegarde de photos en ligne fonctionnant en tâche de fond. La simplicité et l’assurance, une solution moderne sans avoir à être complexe. Bienvenue au XXIe siècle…

L’essayer c’est l’adopter…

Liens :

3 réflexions sur « Les photos numériques en péril »

  1. Je suis parvenu ici en surfant sur KoffeePhoto. L’article est bien construit, j’aime l’approche. Par contre le dernier paragraphe insinue que KoffeePhoto est la seule solution. Une comparaison même sommaire avec d’autre services serait utile. Voir même simplement citer d’autres services similaires. Mais bon c’est de bonne guerre, tu fais la promotion du produit via ton Blog.

    Un aspect important n’est pas couvert dans l’approche que tu exposes. C’est l’impact d’une telle solution sur la connectivité à internet et le temps nécessaire à faire les backups des données vers le service de backup online. J’ai abordé le sujet dans un article.

  2. Oui, je l’avoue, je suis tombé dans la facilité de l’autopromotion…
    Concernant le temps nécessaire à faire les backups, il s’agit là d’un des points forts de KoffeePhoto dans la mesure où l’agent prend cette fonction en charge directement et l’exécute en tâche de fond. Il suffit qu’il tourne suffisamment longtemps…

  3. J’imagine bien que KoffeePhoto optimise l’échange des données et que, comme tu le mentionnes, il effectue un transfert en tâche de fond. Cela n’élude pas qu’ 1GB de données à transférer induira imanquablement un temps d’upload plus ou moins important (exemple 9h30 à 256Kbps) et un coût en fonction du type d’abonnement internet. C’est ce qui, à mon sens, limite aujourd’hui l’adoption massive des services de backup en ligne.
    Il faut aussi se rendre compte qu’une personne qui souscrit à ce type de service à une historique plus ou moins grand de création de données. Ainsi un utilisateur avec 25GB de données (photos) devrait uploader pendant 10jours à une vitesse de 256Kbps.
    Cette réflexion est évidemment applicable pour tout type de solution de backup en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.